Motivation au travail : entrez dans le flow !

Imaginez un psychologue hongrois avec un nom imprononçable qui se serait sérieusement mis en tête de consacrer sa vie de chercheur à tenter de répondre à la question suivante : « comment chaque individu peut-il se créer la meilleure vie possible ? ».

Et pourtant Mihaly Csikszentmihalyi (prononcer « chic-sainte-mi-aïe »), est tout sauf un illuminé. Né en 1934, émigré aux États-Unis à l’âge de 22 ans,  il est mondialement connu pour ses recherches sur la notion de flow.

 Dans les années 70, il a voulu déterminer ce qui caractérisait les moments que les gens décrivaient comme les meilleurs de leurs vies.

C’est à partir de là qu’il a élaboré le concept de flow que l’on peut traduire en français par flux ou expérience optimale.

Le flow est un état mental atteint par une personne lorsqu’elle est totalement  impliquée dans une activité, avec un fort sentiment d’accomplissement et de compétence, et une concentration si profonde que le temps semble s’effacer.

L’activité doit également représenter un certain défi pour la personne qui l’exerce. Si elle est trop facile, elle s’ennuie. Si elle est trop difficile, elle devient stressée, anxieuse. Dans le flow, il y a donc une adéquation entre ce que la personne doit faire et ce qu’elle peut faire mais avec un petit défi qui va rendre l’activité plus intense et enrichissante.

Si Csikszentmihalyi a utilisé le terme de flow pour caractériser cet état mental, c’est parce que les personnes qu’il interviewait lui répondaient que dans ces moments-là, elles se sentaient portées comme par un courant d’eau.

Un compositeur lui confie : « On est dans un état extatique à un tel point qu’on sent comme si on n’existe presque plus. J’ai éprouvé cela à diverses reprises. Mes mains semblent détachées de moi-même, et je n’ai pas à intervenir dans ce qui est en train de se passer. Je suis simplement assis à observer, dans un état d’émerveillement. Et la musique jaillit d’elle-même, comme un flux ».

Dans ces moments-là, la satisfaction ressentie provient de l’activité elle-même. C’est pourquoi Csikszentmihalyi  a également parlé d’« expériences autotéliques » : du grec auto (soi) et telos (but ou objet). Dans une expérience autotélique,  l’activité est recherchée pour elle-même et non pour un but extérieur. Il y a une motivation intrinsèque.

Vous allez me dire : « c’est bien gentil votre histoire de flow mais  c’est bon pour les artistes ou les sportifs de haut niveau ». Et bien non, nous faisons tous cette expérience mais la plupart du temps sans nous en rendre compte. Il suffit d’observer un enfant en train de jouer pour comprendre. Il est totalement pris par son jeu sans notion du temps et de son environnement. Il trouve du plaisir dans le simple fait de jouer et non dans l’attente d’une récompense extérieure.

L’une des découvertes les plus étonnantes de Csikszentmihalyi  est que nous avons trois fois plus de probabilité d’expérimenter le flux au travail que pendant nos loisirs.

Dans leur ouvrage sur la psychologie de la motivation, Philippe Carré et Fabien Fenouillet citent l’exemple de cet entrepreneur pour qui « le travail est le plus formidable moyen d’autoréalisation et de libération de soi. Il n’y a pas de secret : les loisirs ne permettent pas un investissement et une implication aussi entière que la conduite d’un projet professionnel. Les loisirs procurent évidemment de la joie, de la détente, des sensations fortes : mais la très haute satisfaction, le sentiment de l’enjeu n’y sont jamais aussi forts que dans la conduite d’un travail auquel on croit. Comme le travail permet d’acquérir un savoir-faire ou une expertise, il contribue à la définition de soi, à la construction d’une identité » (Traité de psychologie de la motivation).

Ce paradoxe est relevé par Csikszentmihalyi : « Au travail, les gens se sentent heureux, créatifs et connaissant de grandes joies ; dans leur temps libre, ils utilisent peu leurs aptitudes, se sentent passifs et insatisfaits ; pourtant ils voudraient travailler moins et avoir plus de loisirs ».

D’après lui, les personnes sont très influencées par la croyance selon laquelle le travail est non désirable. Ils se basent plus sur cette croyance plus que sur l’analyse de leurs ressentis.

C’est très intéressant de se dire que le travail peut devenir un lieu d’épanouissement et de réalisation de soi parce qu’en fait nous sommes habités par l’idée inverse. Or, si le travail est forcément une contrainte pourquoi  chercher un métier qui nous corresponde ?

La croyance selon laquelle le travail est par nature non désirable s’explique par le fait que dans les sociétés industrialisées celui-ci a longtemps été assimilé à la répétition de tâches mécaniques.

C’est pourquoi le management moderne s’est développé avec l’idée que le travailleur en ferait le moins possible si on ne parvenait pas à le contrôler pour qu’il atteigne ses objectifs.

Mais ce travail mécanique et routinier est en train de disparaître sous l’action conjointe des délocalisations et de l’informatisation.

Le travail devient plus créatif et par là-même potentiellement plus agréable.

L’absence de satisfaction au travail a un coût en termes d’absentéisme, de turn-over et de performance. C’est pourquoi des entreprises, particulièrement dans le secteur des nouvelles technologies,  cherchent aujourd’hui à créer un environnement favorable au flow.

Dans ce contexte de mutation, les démarches d’orientation prennent d’autant plus leur sens. La croyance selon laquelle le travail est négatif par essence n’est… qu’une croyance ! Il peut être en lui-même source de motivation et d’épanouissement.

L’enjeu est alors de découvrir à la fois nos talents et les domaines dans lesquels ils sont le plus susceptibles de s’exprimer.

Si vous souhaitez vous mettre sur la voie, commencez par rechercher dans votre histoire personnelle et professionnelle ces moments de flow.  Ils sont les meilleurs indicateurs de ce qui vous motive réellement.

Une réflexion sur “Motivation au travail : entrez dans le flow !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s